visites guidées
visites guidées
bénévoles
expo-musée
blasons
archives
château
venir à saint-montan
photos



venir à saint-montan

livre d'or
partenaires

titre ardèche
En Ardèche méridionale

(dans la Vallée du Rhône :
20 km au sud de Montélimar)


La Cité médiévale de
SAINT-MONTAN



Contactez-nous par e-mail
saintmontan@orange.fr

Téléphone : 06 65 29 68 07






Un village médiéval exceptionnel !



10 000 bénévoles et 45 ans de travail acharné
pour sauver un site d’exception.





ardèche
o
Pour les groupes de scouts qui veulent participer à nos chantiers, 
contacter Monsieur Marcel Armand au  04 75 54 45 36
ou  par e-mail  :  armand.marcel@orange.fr
 
Maison des coseigneurs à Saint-Montan
1 - La maison des coseigneurs.
Avant restauration.
Maison des coseigneurs à Saint-Montan
2 - La maison des coseigneurs.
En cours de restauration.
Maison des coseigneurs à Saint-Montan
3 - La maison des coseigneurs.
Aujourd'hui.

1 – Les recherches historiques

Le travail de restauration a été organisé en plusieurs étapes, le premier défi, et non des moindres, étant d’abord administratif.

Les ruines appartenaient aux nombreuses familles qui, dès la fin du 19ème siècle, commencèrent à abandonner le village pour le laisser totalement vide (il restait quatre habitants en 1960 contre plus de cent en 1900) dans le milieu du 20ème siècle. Il fallait donc retrouver ces propriétaires impliqués dans le plan de restauration, les contacter, et les convaincre de céder leurs ruines à l’Association. La majeure partie des personnes concernées furent d’accord sur le projet à la seule condition, bien naturelle, que les parcelles cédées à l’association ne soient jamais revendues.

Cependant, pour une minorité qui refusa le projet, de longues actions judiciaires très compliquées furent nécessaires, avant qu’un compromis puisse être atteint entre l’association et les propriétaires de lots litigieux. Quatorze années de défense du Patrimoine Historique de St-Montan, devant les tribunaux d’Instance et de Grande Instance, menées avec acharnement par le successeur de l’abbé Arnaud, le président Marcel Armand. Cette longue procédure, s’est terminée par la signature d’une convention (pour toutes les parcelles en litige) entre la Direction des Domaines et l’Association des amis de Saint-Montan, et un Protocole d’Accord avec la Municipalité de Saint-Montan.

En attendant la fin de cette bataille juridique, la restauration a commencé sur les parcelles non litigieuses, et ceci uniquement avec des volontaires, car c’était bien entendu la seule possibilité de l’association. Le site n’étant pas classé, il ne fallait attendre aucune subvention de l’état. Il fallait uniquement compter sur la bonne volonté des bénévoles, et les premiers dons qui permirent d’acheter les matériaux indispensables à la reconstruction.

Le but étant de reconstruire les ruines à l’identique, une préparation soigneuse du site devait être effectuée. Une action tout d’abord théorique qui consista à retrouver un maximum d’archives, et en particulier des photographies des années 1900 montrant le village tel qu’il était aux dernières années de sa splendeur. Ensuite, ou plutôt en parallèle, un nettoyage du site suivant la technique des archéologues, chaque matériau étant répertorié et analysé pour définir sa place exacte dans la reconstruction.

2 – Le nettoyage du site

Il fallut d’abord dégager les ruines de leur végétation, abattre les arbres, couper les broussailles, trier les pierres et les stocker. Sortir les remblais des maisons en ruines, les évacuer, transporter les matériaux sélectionnés sur les lieux de travaux, tout ceci dans des seaux à l’occasion d’immenses chaînes humaines, ou à dos d’homme, dans des conditions rendues difficiles par des rues toujours en pente ou en escaliers.

Ce premier travail de déblaiement a exigé des efforts énormes d’un grand nombre d’ouvriers, dont la tâche difficile était entravée par le manque de véhicules pouvant accéder au chantier. Jusqu’en 1998, les centaines de mètre-cubes de remblai qu’il fallu évacuer, le furent dans des seaux, au cours de chaînes humaines interminables qui serpentaient dans les ruelles en cours de déblaiement. Le sable nécessaire au mortier prenait le même chemin en sens inverse. Quant aux milliers de sacs de chaux, c’est à dos d’homme qu’ils furent montés.
Cela demanda de plus en plus de participants chaque année (isolés ou en groupes) attirés par la renaissance du village. C’est plus de 8000 personnes, toutes volontaires, qui jusqu’ici ont contribué au résultat actuel.

L’aide fournie par les “scouts” de France et de Belgique, et par plusieurs “Maisons de la Jeunesse et de la Culture” fût particulièrement efficace, combinant le travail dans les ruines et les loisirs (marche, escalade, découverte du site, etc.....).
C’est à partir de 1998 que la nouvelle municipalité mis à la disposition des bénévoles, un employé municipal, et le petit engin de chantier qui permet d’acheminer les matériaux jusqu’au pied de la citadelle. Malheureusement les accès au château sont trop pentus pour lui permettre d’évacuer directement les remblai. Le godet plein lui donne une bonne assise à la montée… mais le ferait culbuter à la descente… Il faut donc continuer à regrouper le remblai à la main dans des zones plus accessibles. Mais le progrès est malgré tout appréciable et ne fait que forcer un peu plus l’admiration des “pionniers”.

3 – La restauration du site

Cette première étape de préparation franchie, nos volontaires reconstituèrent chaque rue (elles avaient disparu sous un mètre de remblai), chaque escalier, chaque passage, chaque maison tels que les documents d’archives nous les montraient.
Les résultats de ce travail furent à la hauteur des efforts engagés et de la persévérance de toute l’équipe des Amis de Saint-Montan, et en particulier de leur président, monsieur Armand qui déploya un maximum d’énergie pour faire avancer le dossier des parcelles litigieuses. Par la suite il fera preuve de la même ténacité pour trouver auprès des responsables départementaux et régionaux, les subventions indispensables pour étendre le projet à la restauration du Château-Fort appartenant à la commune.

C’est donc, trente trois ans après le premier coup de pioche, une restauration à l’identique de la majorité du patrimoine de l’association. Et ceci en total autofinancement.

En plus de retrouver une vie animée dans le village, l’association a gagné un certain nombre de prix et de récompenses de la région et de l’état. Depuis 10 ans, le site est ouvert tout au long de l’année faisant intervenir, artisans locaux, volontaires, et pendant l’été, scouts de France et de Belgique, et diverses organisations internationales.

Le succès d’une telle aventure n’a pu être possible sans la disponibilité et l’enthousiasme des membres de l’association. Aujourd’hui, nous ne pouvons qu’admirer le résultat obtenu. La reconstruction n’est pas encore terminée, mais la tâche initiale a été atteinte : redonner vie à un site d’exception, qui sans cette action visionnaire ne serait plus qu’un champ de broussailles oublié de tous.

Monsieur Marcel Armand, président de l’association, nous rappelle comment une telle action qui, au début, a semblé tournée vers le passé, a été un pari sur l’avenir : « en soutenant la restauration de ces ruines, j’ai le sentiment que je réalise quelque chose d’important. Ce n’est pas seulement le grand plaisir de revoir le village de mon enfance où mes racines vivent encore, c’est surtout une transmission historique écrite dans les pierres. Avec les membres de l’association, et les personnes volontaires qui ont rejoint notre aventure depuis 33 ans, nous avons décidé de donner ce message d’humanité pour le communiquer aux générations à venir ».

Bravo encore à tous ceux qui ont contribué à cette restauration et à une aussi belle réussite, et bon courage pour l’avenir.

Bibliographie et documents d’archives : Textes, citations et photographies :
 – Monsieur Marcel Armand
 – Monsieur Louis F. Cave
chateau de Saint-Montan
Une des salles du donjon.
Avant restauration.

Bénévoles à Saint-Montan
A la pioche ou à la main, les bénévoles
dégagent les rues et les fondations.

Les scouts font la chaine
Une "chaine" de jeunes scouts
évacue les remblais.

Les scouts font la chaine
La "chaine" des bénévoles fonctionne
en sens inverse pour monter le sable.

Manutention des poutres
Des dizaines de poutres furent montées,


coffrage
Il faudra six scouts pour déplacer
et mettre en place ce coffrage.

coffrage
Chaque pierre de taille est ajustée
avec précision.

échaffaudage
Après la réfection des soubassements
les échafaudages font leur apparition.
chateau de Saint-Montan
La même salle.
Aujourd'hui.

Bénévoles à Saint-Montan
Les pierres qui serviront à remonter
les murs sont triées, stokées.

Les scouts font la chaine
Les remblais regroupés au bas du village
sont évacués par un petit engin motorisé.

Les scouts font la chaine
Admirons le courrage de ces jeunes
bénévoles travaillant en pleine chaleur.

Manutention des poutres
du bas du village au sommet du château.


coffrage
Le coffrage mis en place, les travaux
de maçonnerie commencent.

maçonnerie
Après avoir trié les pierres, évacué les
remblais, les bénévoles remontent les murs.

échaffaudage
La resrauration des remparts demande
des échafaudages de plus en plus hauts.











accueil Saint-Montan

E-mail : saintmontan@orange.fr
Téléphone : 06 65 29 68 07

Dernière mise à jour : 15 février 2016

Ce site a été créé par l'association :
Découvrir Saint-Montan et ses environs
armures
ardèche imbours



Salle d'armes - Maison seigneuriale Mairie de Saint-Montan Domaine d'Imbours

Association "Découvrir Saint-Montan et ses environs" - rue de la Poterne - 07220 SAINT-MONTAN

Ardèche Evasion - Ardèche Miniature - Ardeche.com - Chritia Sylf - Galerie Terre et Feu - Hôtel de Digoine - Julie Moreau - La Pacha  - Le Palais des Evêques - Office de Tourisme de Bourg-Saint-Andéol - Restaurant Le Médiéval - Ville de Bourg-St-Andéol - Voyage en Ardèche
- Domaine d'Imbours